Notre-Dame-des-Landes : « Quels projets utiles à l’humanité ? » par Christine Poupin

Intervention de Christine Poupin, porte-parole nationale du NPA, lors du meeting à Notre-Dame-des-Landes, le 6 juillet 2014. Le thème du meeting était : « Notre-Dame-des-Landes, un projet inutile et imposé : quels projets utiles à l’humanité ?« 
Notre réponse : « Partager le travail pour travailler toutes et tous, pour travailler moins, travailler moins longtemps,  pour produire autre chose et redonner du sens à ce que nous faisons« .

C’est grâce au rapport de force que nous allons enfin avoir une victoire,  que toutes et tous ensemble nous imposerons l’abandon du projet d’aéroport.

De la même façon, il n’y aura pas de projets utiles pour l’humanité sans rapport de force pour les imposer face à un gouvernement qui n’est ni socialiste, ni écologiste, face à un gouvernement qui impose lui des projets inutiles, nuisibles, destructeurs pour le social, pour l’écologie, pour la démocratie.

Il n’y a pas de rapport de force sans mobilisation.

Il n’y a pas de mobilisation sans espoir, sans  énergie.

Et votre victoire ici, notre victoire, sera une formidable source d’énergie pour tous les combats pour imposer enfin des projets utiles.

Les promoteurs des grands projets inutiles imposés, qu’ils soient politiques ou bétonneurs, qu’ils se nomment Vinci ou Ramery, mettent tous en avant la création d’emplois. C’est évidemment un gros mensonge car ils détruisent plus d’emplois qu’ils n’en créent. Mais avec 5 millions de chômeurs, encore plus de précaires, des millions d’hommes de femmes et d’enfants condamnés à la pauvreté, c’est un argument de poids.

Il faut donc répondre sur le terrain de l’emploi et être radical, c’est-à-dire prendre le mal à la racine.

Le grand projet utile, indispensable que j’ai envie de défendre est le partage du travail, la réduction massive du temps de travail : pour travailler toutes et tous ;  pour travailler moins, moins longtemps et moins durement ; pour travailler et produire autrement.

Partager le travail pour travailler toutes et tous.

Aujourd’hui il existe un partage du travail, mais il est inégalitaire et sexiste.

Sexiste car il utilise le temps partiel qui est un fait du chômage partiel imposé aux femmes comme variable d’ajustement,  les privant des moyen de vivre et le droit à l’autonomie.

Le chômage de masse est aussi un formidable moyen de division et de chantage, en opposant celles et ceux qui n’ont pas les moyens de vivre et celles et ceux qui perdent leur vie à la gagner.

Partager le travail pour travailler moins.

Il faut travailler moins, beaucoup moins parce qu’il y a beaucoup d’autres choses à faire :

Par exemple, partager les tâches ménagères car la réduction du temps de travail doit aussi concerner  les femmes et leur travail domestique invisible, invisibilisé

Nous avons toutes et tous besoin de temps pour réfléchir, pour s’organiser, pour prendre nos  affaires en mains.

Pour travailler autrement.

C’est-à-dire produire autrement, produire autre chose, redonner du sens à ce que nous faisons.

Produire de la valeur d’usage et non de la valeur d’échange.

Produire pour satisfaire les besoins réels et non des marchandises pour le profit des capitalistes.

Pour cela il nous faut nous débarrasser de nos exploiteurs. Il nous faut  exproprier ces groupes qui détruisent nos vies, la terre, la biodiversité, le climat.

Ainsi ensemble nous construirons une société immensément plus riche qui mettra au centre l’être et plus l’avoir !

Une réflexion au sujet de « Notre-Dame-des-Landes : « Quels projets utiles à l’humanité ? » par Christine Poupin »

Les commentaires sont fermés.