Archives pour la catégorie actualité locale

Ouvrons les frontières ! débat avec Julien Salingue jeudi 7 mars à Nantes

Migrations, frontières et sans-papiers agitent les médias. Pourtant en France, il n’y a pas de crise migratoire mais bien une crise de l’accueil, sans cesse renforcée par de nouveaux dispositifs juridiques qui réduisent à peau de chagrin l’accès au titre de séjour et à l’asile politique.
Pour en débattre, le NPA invite Julien Salingue jeudi 7 mars, à 20H30 à la Médiathèque de Nantes (tram 1 arrêt Médiathèque – entrée libre)

Facebook :
https://www.facebook.com/events/631324883965051/

Plan d’accès :
https://goo.gl/maps/HQ3oSumV2SP2


MIGRATIONS, FRONTIÈRES ET SANS-PAPIERS

LIBRE INSTALLATION, LIBRE CIRCULATION, ÉGALITÉ DES DROITS !

Nous avons tou·te·s en tête ces images qui soulèvent le cœur des milliers de morts en Méditerranée : 2 260 personnes rien qu’en 2018 d’après le Haut-Commissariat de l’ONU aux Réfugiés.

Julien Salingue, connu comme militant de la cause palestinienne, est membre de la direction du NPA

Combien de temps va-t-on revoir ces scènes honteuses, va-t-on accepter que la Méditerranée soit transformée en cimetière marin, par la faute des dirigeant·e·s des grands pays européens, gouvernement français inclus ? L’Europe, claquemurée derrière ses frontières, serait-elle à l’abri de la « misère du monde » ?

Submersion, disent-ils

C’est qu’il faudrait, disent certains, agitant la peur de l’étranger-e et de l’immigré-e, lutter contre les risques de « submersion ». On en est pourtant bien loin. Le gouvernement français n’a délivré en 2018 que 247 000 nouveaux titres de séjour. Il n’y a eu que 122 000 demandes d’asile en 2018, dont seulement 33 000 acceptées (chiffres provisoires du ministère de l’Intérieur).

Par comparaison, un pays de 5 millions d’habitants comme le Liban accueille plus d’un million de réfugié-es et l’immense majorité des réfugié-es dans le monde se trouvent dans les pays limitrophes des zones de conflit.

L’immigration ne représente donc, en France, qu’une goutte d’eau dans une population d’environ 67 millions d’habitants. Nous aurions les moyens d’accueillir, de loger dignement toutes celles et ceux qui arrivent, de scolariser les enfants, et de soigner les malades.

En France, il n’y a pas de crise migratoire mais une crise de l’accueil sans cesse renforcée par de nouveaux dispositifs juridiques qui réduisent à peau de chagrin l’accès au titre de séjour et à l’asile politique.

C’est donc bien une question de choix politique et plus largement de choix de société !

Plutôt la solidarité que la peur

Pourtant, le quotidien de bien des migrant·e·s, c’est trop souvent la rue ou des camps de fortune faute de lieu d’hébergement, même pour ceux qui sont juridiquement en demande d’asile (alors que la convention de Genève oblige les États à les loger).

La « solution » du gouvernement ce sont des évacuations musclées. A Nantes, la préfecture et la Mairie suivent la même ligne : évacuer les campements, démanteler les lieux de regroupement et de solidarité concrète, et rejeter les migrant·e·s loin du centre-ville, en les dispersant dans des gymnases en périphérie.

Face à cette politique brutale, les solidarités s’organisent. Des réseaux d’aide se structurent. Des migrant-es mobilisent.

Trouver des solutions d’hébergement, organiser des permanences médicales, préparer des repas collectifs, faire du lien, tout simplement, pour lutter contre l’isolement : autant de tâches urgentes et nécessaires qui sont, heureusement, prises en charge par des citoyen·ne·s indigné·e·s par cette situation.

Mais combien de temps ces citoyen-e-s pourront-ils continuer de se substituer aux pouvoirs publics ? Nous avons les moyens de faire autrement !

Ouvrons les frontières !
Liberté d’installation !
Régularisation de tous les sans-papiers !

L’urgence de ces revendications est portée par les migrant-es eux-mêmes pour le droit de vivre dignement. Sans papiers, aucun avenir n’est possible pour celles et ceux qui sont parvenu·e·s jusqu’ici !

Quelles sont les causes des migrations ? A quoi servent les frontières ? Que signifie d’ouvrir les frontières et de régulariser les sans-papiers ? Que peut-on faire collectivement ?

Venez débattre, poser vos questions, partager vos expériences !

Rencontre-débat organisé par les militant-es du NPA 44, en présence de Julien Salingue, membre de la direction du NPA et de militant.es sans-papiers nantais

Marche de nuit féministe – vendredi 8 mars à Nantes

Les militantes du NPA participeront à la marche féministe (nocturne et non-mixte) vendredi 8 mars à Nantes.
Rendez-vous place du Bouffay à la tombée de la nuit (19H30 ).

Coorganisé par Alternative Libertaire Nantes, Association Bonny Read, Nouveau Parti Anticapitaliste, Solidaires Etudiant-e-s Nantes, SUD Éducation 44, TRANS INTER action, Université Populaire de Nantes

Facebook : https://www.facebook.com/events/149210899337964/

Le 8 mars est la journée traditionnelle de lutte pour les droits des femmes. Aujourd’hui comme depuis sa création en 1917 et même au-delà, il reste vital de lutter pour ces droits, face à un État sexiste et raciste dont les premières victimes sont les femmes racisées et les femmes les plus précaires.

Depuis plusieurs mois, les gilets jaunes dénoncent les inégalités sociales et les privilèges qui n’avantagent que les riches et patrons. Pendant cette mobilisation, des femmes se sont rassemblées en gilet jaune pour exprimer leur engagement dans la lutte, mais aussi rappeler que les femmes sont les plus touchées par ces inégalités.

Le 8 mars, nous prenons la rue pour dire que les femmes et les minorités de genre subissent davantage les inégalités sociales. Les femmes sont encore payées en moyenne 20% de moins que les hommes.

Le 8 mars, nous prenons la rue en non mixité (sans homme cisgenre*) pour rassembler toutes les personnes qui subissent le patriarcat, qui sont dominées chez elles, au travail, qui se font agresser dans la rue, frapper, violer, tuer. Nous prenons la rue pour nous rassembler, car nous sommes en lutte.

Nous prenons la rue pour nous rendre visible et nous faire entendre.

Nous prenons la rue pour exprimer notre solidarité avec toutes celles qui sont les premières exposées aux décisions de ce gouvernement d’hommes blancs, les travailleuses du sexe, les femmes racisées, les femmes victimes de viols.

Nous marcherons de nuit, pour reprendre l’espace public. Trop souvent, les femmes, les gouines, les trans, sont victimes de violences, physiques et verbales dans des espaces pensés par et pour les hommes. Si l’on considère les mesures qui sont prises, on s’aperçoit que le féminisme reste utilisé comme prétexte par le gouvernement pour asseoir sa politique raciste et coloniale. Nous rejetons les réponses répressives du gouvernement contre le harcèlement qui renforcent encore plus les intérêts sécuritaires et racistes de l’État. Nous dénonçons les baisses des subventions aux associations féministes ne partageant pas un point de vue libéral.

Prenons la rue pour dénoncer l’appropriation de nos corps dans l’espace public et l’espace privé, nous sommes ni disponible ni invisible !

Prenons la rue pour lutter contre les violences sexistes racistes, homophobes transphobes putophobes, validistes, capitalistes!

Nous sommes fières, nous sommes féministes, nous sommes radicales et en colère !

LA BASE n°3 – bulletin unitaire anticapitaliste, social et écologiste de Saint-Nazaire

Le numéro 3 de la Base (8 pages), bulletin unitaire anticapitaliste, social et écologiste de Saint-Nazaire, est sorti.

Toujours soutenu par des militant-e-s de la CGT, Solidaires, la France Insoumise, Génération.s, le NPA, le PCF, Attac, le Front Social, le Mouvement pour la Paix, Nuit Debout, des antifascistes, des salarié-e-s, des sans-emplois, des retraité.e.s, des lycéen-ne-s et des étudiant-e-s…

Cliquez sur l’image pour télécharger le numéro complet
ou rendez-vous sur le blog https://labase44.wordpress.com/

Au sommaire :

  • L’édito : David Samzun en campagne… Les avirons sont de sortie !
  • Supplément (4 pages) Gilets Jaunes : que veulent-ils ?
  • Referendum et démocratie
  • Des luttes et des convergences pour gagner
  • Morceau d’histoire :
    • De 1914 à la veille de 36
    • François Blancho (1893-1972)
  • Point de vue : L’usine élévatoire, hôtel de luxe

 

Le NPA dénonce l’expulsion des étudiant.e.s en grève de la faim

Communiqué de presse du NPA de Nantes, lundi 11 février 2019

Vendredi 8 février aux alentours de 17h la CDI (Compagnie Départementale d’Intervention) est intervenue dans le bâtiment de l’UFR de droit de l’Université de Nantes pour en déloger les huit étudiant.e.s qui avaient entamé une grève de la faim le midi même et commencé à occuper le hall du bâtiment.

Le président de l’Université Olivier Laboux a envoyé les forces de l’ordre alors que le bâtiment était encore ouvert aux étudiants et personnels.

Le NPA dénonce cette intervention et les violences commises par les policiers qui ont expulsé de force des étudiant.e.s menant une action de protestation pacifique.

Des étudiant.e.s ont été trainé.e.s de force, certain.e.s projeté.e.s au sol, et aucun ordre de mission n’a été délivré aux personnes interpellées alors qu’elles en ont fait la demande explicite.

C’est un refus catégorique de la part de la présidence de l’Université d’entendre et de dialoguer avec ses étudiant.e.s.

Au-delà, nous dénonçons l’augmenta tion drastique des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étranger.e.s.

C’est une politique clairement raciste qui s’inscrit et dans la même logique que la loi ASILE et Immigration accentuant la précarisation du statut des étudiant .e. s étranger .e. s.

Le NPA apporte son soutien aux étudiant.e.s en grève de la faim, confronté.e.s à la surdité et au mépris de leur président Olivier Laboux.

Un collectif de migrants à Nantes

Ce mardi 18 décembre, à l’occasion de la Journée Internationale des migrants, un rassemblement avait lieu à côté de la Place du Bouffay. Fait particulièrement intéressant, il était à l’initiative d’un collectif de migrants tout récemment formé et qui n’a pas encore de noms.

Il s’agissait pour eux d’occuper l’espace public et d’apparaître à l’occasion de la Journée Internationale des migrants. Plusieurs banderoles affichaient « Egalité des droits ! » « Journée Internationationale des migrant.e.s »

Environ une centaine de personnes sont passées dans l’après-midi, malgré la pluie, dont deux-tiers de migrants, ce qui augure bien de la suite de ce collectif. Le tract trilingue (français, anglais et arabe) a visiblement produit son effet. De fait beaucoup de nationalités étaient représentées, ce qui n’est pas si commun dans les collectifs de migrants.

Ils ont attiré pas mal de soutien, pas d’apparition d’etiquettes politiques, quelques apparitions syndicales (CGT et Solidaires).

Dans les interventions cet après-midi, on a pu noter une volonté d’autonomie et d’autogestion par les migrants eux-mêmes. Ils veulent se mettre en lien avec les associations de soutien mais qu’ils soient eux-mêmes maîtres de leur propre lutte.
Enfin une affirmation de l’unité avec les classes populaires françaises avec qui on connaît aussi des problèmes en commun au-delà de leurs problématiques spécifiques.

Acte V à Nantes : Gilets Jaunes sous la pluie et les lacrymogènes

La manifestation des Gilets Jaunes à Nantes n’a rassemblé que 1000 personnes ce samedi 15 décembre. La pluie glaciale et un horaire peu pratique (13 H) n’ont pas aidé.

Peu de nouveaux slogans visibles, pas mal de de militant-e-s de différentes assos, syndicalistes et partis, non identifiés pour la plupart.

Mais l’effet de la répression policière massive et systématique lors des dernières manifestations est sans doute ce qui a découragé le plus grand nombre de manifestantEs.

Elle n’a pas manqué aujourd’hui : absurde du point de vue du « maintien de l’ordre » mais politiquement fort utile à l’état. Comme depuis des semaines, l’Etat n’a même plus besoin de prétexte pour arroser la foule de gaz lacrymogènes.

Et nombreux sont les manifestant-e-s qui restent malgré la répression, voire à cause de la répression, pour marquer qu’ils sont parfaitement légitimes à contester le pouvoir.

Ils et elles remettent désormais en question l’organisation de cette pseudo-démocratie, par exemple par la revendication du « référendum d’initiative citoyenne ».

Répression maximale

Les violences ont duré jusqu’à tard dans l’après-midi, par une bataille rangée dans les petites rues du centre :

« des CRS se sont fait chargés, les gaz sont partout, impossible de voir de l’autre côté de la rue » …

« Aucune vitrine cassée par les manifestantEs… Un Gilet jaune à terre se fait tabasser devant moi. Violence policière impressionnante. »

… « Ils gazent tout le centre ville sans réfléchir. Brouillard dense de lacrymo. Charges de la BAC qui se tire elle-même des grenades de désencerclement dans les pieds. »

Bertrand Achel

(libre expression)

À Nantes, convergence réussie des manifestations Climat et Gilets Jaunes

Environ 5000 personnes ont participé ce samedi aux manifestations climat et Gilet Jaunes à Nantes, ce qui est plutôt bien au vu de la répression des précédents rassemblements et du temps pénible (même pour des Bretons).

En matinée, quelques rond-points étaient occupés, avec une faible participation.

La manifestation Climat a rassemblé 2500 personnes environ. Organisée par des associations exclusivement, elle a été rejointe par un petit cortège unitaire formé par des syndicats (CGT, Solidaires, Unef), associations (Attac, Alternatiba, GIGNV) et partis (NPA, Ensemble, UDB, GDS, PCF, Générations, EELV, FI) sous la bannière « Justice sociale, climat, même combat ». Ce collectif unitaire est issu de la manifestation du 26 mai, a eu le mérite de ramener un peu de lutte des classes dans les marches écologie.

De fait ce slogan a été bien repris par l’ensemble du cortège, pour qui ce lien semblait évident. Le petit cortège NPA, animé, s’est attiré des sympathies, y compris avec des slogans radicaux.

Mais à la fin du défilé climat, la très grande majorité du cortège a poursuivi vers le rassemblement des Gilets Jaunes. Notre arrivée a même été largement saluée par une haie d’honneur. La jonction est donc réussie, reste à la transformer en réelle convergence.

Les lycées en grève, soumis à une forte répression, n’ontt pas réussit à former un cortège. Des jeunes du cortège de tête se sont agenouillés devant les CRS en signe de soutien aux lycéens de Mante La Jolie.

De fait, la grand majorité des présents, même non militants, a bien intégré le rôle répressif de l’État, et reste en manifestation après les premiers gazages et les premières charges. Ce phénomène est de plus en plus fréquent à Nantes depuis la loi El Khomri, il a pris aujourd’hui une dimension plus importante encore. La répression est de fait un moyen d’entrée en politisation.

Sur les chasubles, pas mal de slogans sur le SMIC et les salaires. Bonne surprise quand nous lançons un « grève générale » repris par un grande partie du cortège, entre deux nuages de gaz.

Pas de trace visible de l’extrême-droite ici, les forums FB des GJ appelant à faire le ménage « pour respecter les valeurs de GJ », ce qui se vérifie dans les rassemblements et sur les ronds-points. Les rares drapeaux BBR signifient plus un symbole du « peuple face aux élites » qu’un appel à la patrie.

La suite s’annonce plus floue :

– les Gilets Jaunes Nantais cherchent une date pour une AG (à noter que la composition est différente des GJ en milieu rural, avec beaucoup plus de militant-e-s). Nous y participerons.

– La CGT a annoncé une série d’actions militantes : appel à la grève et manifestation vendredi 14, puis mardi 18 avec les retraités, blocage de supermarchés le dimanche.

Le pouvoir commence à reculer. Le samedi 8 décembre, et après : mobilisation générale contre Macron et son monde !

Le NPA sera partie prenante des mobilisations de samedi et, à Nantes, se joindra au collectif unitaire (syndicats, associations et partis, voir l’appel unitaire) qui partira à 13H45 de l’arrêt Chantiers Navals pour rejoindre le reste de la manifestation Climat, avant de rejoindre les Gilets Jaunes, les étudiant-e-s et les lycéen-ne-s.

Face à la mobilisation des Gilets jaunes, le pouvoir a commencé à reculer, en annonçant la suppression, pour l’année 2019, de la hausse des taxes sur les carburants. Le gouvernement, qui affichait son « inflexibilité » il y a quelques jours encore, panique et essaie d’éteindre l’incendie qu’il a lui-même allumé.  Continuer la lecture de Le pouvoir commence à reculer. Le samedi 8 décembre, et après : mobilisation générale contre Macron et son monde ! 

8 décembre : dans la rue pour changer le système, pas le climat

Les militant-e-s du NPA de Nantes vous invitent à rejoindre la manifestation Climat du 8 décembre à Nantes. Nous défilerons avec le collectif unitaire (syndicats, associations et partis) qui partira à 13H45 de l’arrêt Chantiers Navals pour rejoindre le reste de la manifestation Climat, avant de rejoindre les Gilets Jaunes, les étudiant-e-s et les lycéen-ne-s.
Le changement climatique ici et maintenant

Ce n’est plus une menace lointaine. Vagues de chaleur, pics de pollution, orages dévastateurs, inondations, fonte de la calotte glaciaire, élévation du niveau des océans, incendies meurtriers sont les fléaux récemment vécus au Koweït, au Sud de l’Algérie, en Californie, en Argentine, en Grèce, au Portugal, mais aussi en Suède, en Lettonie, en France. Continuer la lecture de 8 décembre : dans la rue pour changer le système, pas le climat