Soutien à deux universitaires nantais menacés de sanctions disciplinaires : une pression inacceptable contre les étudiant.e.s et enseignant.e.s mobilisé.e.s contre la sélection à l’Université

Communiqué du NPA. Nantes, le 6 juin 2018

Deux enseignants-chercheurs de l’Université de Nantes sont menacés de sanctions disciplinaires. L’un d’eux est déjà suspendu de l’ensemble de ses fonctions jusqu’en octobre prochain.

La présidence de l’Université prétend, plaintes pénales à l’appui, que les deux enseignants-chercheurs auraient agressé des membres du personnel administratif, le 18 mai dernier. L’un comme l’autre récusent ces accusations.

Ils sont ainsi mis en cause pour leur présence lors d’événements survenus, à l’occasion de la tenue d’examens sur le campus, dans un contexte de mobilisation. Des étudiant.e.s refusant la saisie de leur carte d’étudiant.e au début de l’épreuve, décident, après l’annulation de celle-ci, de demander des explications aux membres du personnels chargés de l’organisation des examens. Les deux universitaires, bien loin de participer à une prétendue agression, se sont efforcés d’apaiser la situation, alors que le ton montait entre les étudiants légitimement en colère et les membres du personnels qui n’étaient pas responsables de cette situation, contribuant ainsi à éviter une intervention de la police.

Si l’accusation d’agression est manifestement infondée et contraire à la réalité des faits, elle répond à un objectif politique de la part de la présidence de l’Université de Nantes : sanctionner deux enseignants-chercheurs notoirement mobilisés aux côtés de leurs étudiant.e.s contre la loi ORE, visant à introduire une sélection à l’entrée à l’Université. Et ainsi faire pression sur toutes celles et tous ceux, nombreux.ses, qui refusent d’accepter le tri social des étudiant.es.

Le NPA apporte son plus vif soutien aux deux enseignants-chercheurs injustement mis en cause, et souhaite que l’esprit de justice prévale et permette à ces universitaires d’être rétablis dans leurs fonctions et dans leur dignité.

Cette affaire constitue une répression totalement inacceptable de la légitime mobilisation d’une part importante de la communauté universitaire contre la politique du gouvernement Macron. A l’Université comme ailleurs, nous ne nous laisserons pas intimider.

Non aux sanctions, à bas la sélection ! Soutien aux universitaires injustement accusés !

En images : vague populaire de 6000 personnes à Nantes

Marée populaire et vague de grèves contre Macron : le 26 mai dans la rue et après on continue

Les militant-e-s du NPA de Nantes et Saint Nazaire appellent à manifester ce samedi 26 mai à Nantes et Saint-Nazaire, pour une « Marée populaire » contre le gouvernement et le patronat.

A Nantes au Miroir d’eau (Château des Ducs) 13H pique-nique et à 14H30 manifestation à l’appel de ATTAC 44, Alternatiba Nantes, Alternative libertaire Nantes, CGT 44, comité 5 mai Nantes, collectif Santé 44, Collectif STOP CETA 44, comité Bure Nantais, DAL 44, EELV 44, Ensemble 44, France Insoumise 44, FSU 44, Gauche Démocratique et Sociale 44, GIGNV , Génération.s 44, Jeunes Générations 44, Jeunes France Insoumise 44, NPA 44, PCF 44,Place au peuple 44, Solidaires 44, SGL 44, Sortir du nucléaire Pays Nantais, Union Démocratique Bretonne, UNEF Nantes. Tract en PDF (Facebook : https://www.facebook.com/events/442284296219016/)

A Saint-Nazaire place de l’Amérique Latine : 13H pique-nique, 15H « manifestive » à l’appel de Attac, CGT, Solidaires, PCF, FI, NPA, Générations, EELV, Afsan…
(Facebook : https://www.facebook.com/events/409950709474196/) Continuer la lecture de Marée populaire et vague de grèves contre Macron : le 26 mai dans la rue et après on continue 

Notre-Dame-des-Landes : continuer à cultiver le champ des possibles

Entre deux interventions policières, la Zad continue à vivre, à tisser les solidarités et négocier son avenir.
Cet article a été rédigé avant qu'un jeune manifestant soit grièvement blessé, le 22 mai, par l'explosion d'une grenade.

Le dimanche 20 mai résonnaient sur la Zad les chants et les cris des chantiers collectifs : 600 personnes venues en renfort pour semer, planter, nettoyer, reconstruire. Même l’hélicoptère de la gendarmerie s’était fait discret. Après une nouvelle semaine d’intervention policière massive, la vie reprend : « Flics ou pas, il faut semer, soigner les bêtes, tenir les lieux publics. Si une certaine hésitation se fait parfois sentir au moment de mettre les graines en terre, elle est vite balayée par cette certitude que les blindés n’ont su faire vaciller : nous resterons là. » Car celles et ceux qui ont été expulsés n’ont pas quitté la Zad pour autant. D’occupantEs contre le projet d’aéroport, ils et elles sont depuis longtemps ­devenues habitantEs de la Zad.

Une situation contrastée

Continuer la lecture de Notre-Dame-des-Landes : continuer à cultiver le champ des possibles 

Le monde des grands projets et ses ennemis

Un essai politique qui arrive fort à propos, à l’aube de ce mois de mai si prometteur.
À l’heure de la tentative de démantèlement de la ZAD de Notre-Dame-des Landes et des jérémiades indignées des pourfendeurs du Black Bloc et des cortèges de tête, Serge Quadruppani nous invite à nous interroger sur l’expression nouvelle et hétéroclite de nos révoltes, et sur les nouvelles pratiques révolutionnaires.

Vers une nouvelle critique des rapports d’exploitation

Loin des sociologues et politologues de salon, ainsi que des « journalistes » faiseurs d’opinion, Serge est avant tout un activiste « qui réfléchit » et nous fait réfléchir. Continuer la lecture de Le monde des grands projets et ses ennemis 

Mai 68, continuons le combat ! avec Alain Krivine à Nantes

Réunion-débat avec Alain Krivine

Mercredi 23 mai à 20H30

Salle de la Manufacture  à Nantes

(tram 1 arrêt « Manufacture »)

 

ALAIN KRIVINE, fondateur de la Jeunesse Com­muniste Révolutionnaire, a été l’un des anima­teurs du mouvement de Mai 68. Il est l’invité du NPA 44 aux côtés de militantEs locaux, ac­teurEs de Mai 68 et des luttes actuelles.

MAI 68 FAIT DE NOUVEAU l’ACTUALITE. 50 ans après, ce spectre hante toujours les te­nants de l’ordre établi, qui aimeraient bien liquider une fois pour toute cet héritage et réduire cette formidable vague révolutionnaire internationale à quelques clichés de barricades.

MAIS 68 C’EST BIEN DAVANTAGE ! C’est une période de combats contre une so­ciété répressive, réactionnaire, patriarcale, contre la guerre. Un formidable accéléra-teur de politisation qui a marqué profondément les générations qui ont sui­vi. Mais c’est surtout la plus la plus grande grève générale de l’histoire du mouve­ment ou­vrier, dans l’héritage de la Commune de Paris ou des grèves de 1936 ! Des mil­lions de travailleurEs en grève qui occupent les usines, bloquent l’économie, im­posent leurs revendications et fichent la trouille aux décideurs qui ne décident plus de grand chose.

Si les militantEs anticapitalistes et révolutionnaires ne peuvent que se réjouir de la célébration de Mai, ce n’est pas tant pour commémorer cette formi­dable explo­sion sociale que pour dire à quel point Mai 68 est plus que ja­mais d’actualité. Il y a en réalité encore plus de raisons de se révolter aujour­d’hui qu’il y a cinquante ans !

MAI 68 S’EST MALHEUREUSEMENT ARRETE AUX PORTES DU POUVOIR. Les bureaucra­ties syn­dicales et les vieux partis de la gauche institutionnelle ne voulaient surtout pas d’une Révolution. La meilleure façon de fêter cet événement c’est donc de com­prendre, à partir de cette expérience, comment nous pouvons gagner aujourd’hui.

TIRER DES ILANS ET TRANSMETTRE UN HERITAGE riche d’expériences militantes pour nous armer dans la séquence sociale aux cotés des cheminotEs, des étudiantEs, des migrantEs, des habitantEs de la ZAD, pour construire un mai, un juin… 2018 qui aillent jusqu’au bout.

 

Evacuation de l’université de Nantes : contre la répression et contre la sélection !

Le campus Censive de l’université de Nantes a été évacué ce vendredi 11 mai à 19h par les forces de l’ordre.

Le bâtiment Censive, symbole de la lutte des migrants, était le dernier bâtiment à être occupé contre la loi ORE.

Un rassemblement en réponse à l’expulsion de Censive est prévu ce soir, à 18h, devant la Présidence.

Continuer la lecture de Evacuation de l’université de Nantes : contre la répression et contre la sélection ! 

Notre-Dame-des-Landes : la politique de la matraque ne nous arrêtera pas

Le samedi 14 avril avait pourtant bien débuté. À 14h30 une manifestation à l’appel de l’intersyndicale, des cheminotEs et des étudiantEs, rassemble pas moins de 5000 personnes. Puis, bonne nouvelle, la jonction s’opère avec la seconde manifestation prévue à 16h30 contre les expulsions à la Zad et ailleurs…

Continuer la lecture de Notre-Dame-des-Landes : la politique de la matraque ne nous arrêtera pas