Décès de Rémi Fraisse: Le résultat de 2 mois de violences policières contre les opposants au barrage de Sivens

COMMUNIQUE DU NPA

Dans la nuit de samedi à dimanche, Rémi Fraisse, étudiant de 21 ans est décédé sur le site de Sivens, en marge de la manifestation qui a rassemblé plusieurs milliers d’opposants au barrage.

Nous ne connaissons pas encore les circonstances précises de ce drame, mais de nombreux témoignages mettent en cause la responsabilité policière dans un contexte où les tirs de lacrymogènes, de grenades assourdissantes et de flash-balls n’ont pas cessé de l’après midi à la fin de la nuit.

Le NPA exprime ses condoléances et sa solidarité à la famille et aux proches de Rémi. Il exige que toute la lumière soit faite sur ce décès alors que les premières affirmations de la police sont contredites par de nombreux témoins.

Ce drame n’est pas un accident, il est le résultat de 2 mois de violences policières croissantes envers les opposantEs au barrage. De peur de voir se multiplier les résistances comme à Notre-Dame-des-Landes, l’État cherche à briser par la violence et la criminalisation un mouvement qui s’étend et s’approfondit contre les grands projets nuisibles imposés.

Ce passage en force est d’autant plus scandaleux que le rapport d’expert sorti ce jour établit que « le choix d’un barrage en travers de la vallée a été fait sans réelle analyse des solutions alternatives possibles», pointe une évaluation « contestable des besoins réels » et juge «de qualité très moyenne» l’étude d’impact. Il donne raison à celles et ceux qui s’opposent depuis le début à ce projet.

​Le NPA appelle à participer aux rassemblements qui sont organisés ce lundi dans de nombreuses villes pour rendre hommage à Rémi et dénoncer les violences policières.

Montreuil, le 27 octobre 2014

Une réflexion au sujet de « Décès de Rémi Fraisse: Le résultat de 2 mois de violences policières contre les opposants au barrage de Sivens »

Les commentaires sont fermés.