Archives mensuelles : mars 2016

NDDL : un printemps de rassemblements contre le gouvernement

Ce 26 mars, les paysanEs et habitantEs de la Zad de Notre-Dame-des-Landes sont devenus juridiquement expulsables de leurs fermes et logements. Qu’à cela ne tienne : réunis au lendemain de la grande manifestation du 27 février, les comités de soutien de toute la France avaient lancé un appel à manifester les 25 et 26 mars contre le gouvernement et le PS au pouvoir.

Les manifestations se sont voulues ouvertes sur la population. A Notre-Dame-des-Landes, les paysanEs menacéEs d’expulsion tiennent ferme ouverte ; à Nantes on déambule avec humour dans un centre-ville fleuri de banderoles militantes. A Rennes ou Foix (Ariège), c’est autour d’un repas à prix libre que les discussions s’entament. Des prises de parole rappellent les convergences des luttes, comme le soutien alimentaire de la Zad aux migrants de Calais et Nantes. A Blois, on clame « Ni aéroport, ni expulsions, ni référendum » ; à Alençon, on rappelle aux clients du marché que «  Notre-Dame-des-Landes, c’est le symbole de la société consumériste d’aujourd’hui ». A Pontivy (Finistère) on tient le procès public du gouvernement, tandis qu’à Bressuire (Deux-Sèvres), un contre-référendum souligne le déni de démocratie du référendum officiel. Et de prévenir : « expulsions ou pas, référendum ou pas », ils resteront mobilisés.

Le PS au pouvoir faisant la sourde oreille, l’avertissement se devait d’être clair. C’est ainsi que les locaux du PS ont été redécorés : d’affiches pour une réunion avec des zadistes à Lons-le-Saunier (Jura), d’un « avis d’expulsion » à Loche et Tours, tandis qu’à Valence (Drôme) le local a été fermé « pour compensation », l’intérieur recevant un mètre-cube de terre arable.

Des dizaines de manifestations ont eu lieu, preuve de la vivacité d’un mouvement ancré dans la population et sur l’ensemble du territoire. Le « référendum » annoncé n’en sera pas la fin : quelque soit son résultat, nous garderons la Zad !

CorrespondantEs NPA

NDDL : A Rennes et Saint-Malo, un 26 mars contre l’aéroport et son monde !

Un article du NPA 35 sur la mobilisation du 26 mars contre les expulsions à Notre-Dame-des-Landes

Plusieurs dizaines de militant-e-s se sont rassemblé-e-s place saint michel ce 26 mars à 12h à Rennes contre l’aéroport et son monde suite à l’appel national pour une journée de mobilisation et d’action contre les expulsions (le 26 étant la date où les habitant-e-s historiques (jugés en janvier) sont officiellement expulsables). Continuer la lecture de NDDL : A Rennes et Saint-Malo, un 26 mars contre l’aéroport et son monde ! 

Pour le retrait du projet de loi travail : tous et toutes en grève et dans la rue le 31 mars

affiche-code-du-travailAprès la forte mobilisation du 9 mars qui a rassemblé près de 500 000 manifestants, jeunes, salariés, privés d’emploi, retraités, le mouvement s’est ancré dans la jeunesse lors des journées nationales de mobilisation des 17 et 24 mars.

De plus en plus de lycées sont touchés par la mobilisation, tout comme beaucoup d’universités. La preuve, s’il en fallait encore, que malgré tout ce que peut raconter le gouvernement, malgré les tentatives multiples de répression du mouvement (violences policières, arrestations de manifestants, fermetures de certaines universités), la loi El Khomri sur le travail continue de semer la colère dans la jeunesse et le monde du travail. Comme le crient les jeunes dans les manifs, cette loi doit finir à la poubelle !

Manifestations  Jeudi 31 mars

  • à Nantes à 10h30 place du Commerce
  • à Saint-Nazaire à 10h30 place de l’Amérique latine
  • à Ancenis à 10h30 station Esso RD 723
  • à Châteaubriant à 10h30 Théâtre de Verre

Beaucoup de bruit pour moins que rien

Continuer la lecture de Pour le retrait du projet de loi travail : tous et toutes en grève et dans la rue le 31 mars 

NDDL : Légitimité des résistances et bricolage gouvernemental

Dans l’impossibilité d’expulser immédiatement la Zad, le gouvernement bricole à Notre-Dame-des-Landes. Des rapports, des schémas d’aménagement, et même un « référendum »…

Suite au procès de janvier dernier, les paysanEs et habitantEs « historiques » de Notre-Dame-des-Landes sont expulsables dès ce vendredi 25 mars. Même s’il faut rester vigilant, cette menace ne peut en réalité que difficilement se concrétiser, compte tenu du nouveau rapport de forces créé depuis quelques mois, en particulier par l’énorme manifestation du 27 février dernier qui a rassemblé des opposantEs venuEs de toute la France. Continuer la lecture de NDDL : Légitimité des résistances et bricolage gouvernemental 

Mobilisations contre le projet de loi El Khomri : déterminéEs jusqu’au retrait

Réunis en assemblée générale cette fin de semaine, les militantEs du NPA Bretagne de Brest à Nantes se félicitent de l’ampleur de la mobilisation contre le projet de loi El Khomri.

La jonction ce 9 mars entre la jeunesse et les salariéEs est un premier pas prometteur pour poursuivre jusqu’au retrait de ce projet qui est une attaque sans précédent contre les droits du monde du travail, aux conséquences catastrophiques pour le salariat, privé-public, tant pour le présent que pour l’avenir. Continuer la lecture de Mobilisations contre le projet de loi El Khomri : déterminéEs jusqu’au retrait 

« Contre l’état d’urgence ! » débat avec Julien Salingue jeudi 10 mars à Nantes

NPA affiche contre l'état du'rgence conter la discrimination et la déchéance de nationalitéLe NPA de Nantes vous invite à une réunion animée par Julien Salingue* sur la question de l’état d’urgence, jeudi 10 mars à 20h à B17

Suite aux attentats de Janvier, le gouvernement a restreint les libertés et imposé l’état d’urgence : présence policière et militaire partout, interdiction des manifestations, 3000 perquisitions administratives, 400 assignations à résidence …

Valls et Hollande nous disent que c’est pour lutter contre le terrorisme. Mais en réalité l’état d’urgence a surtout servi à s’attaquer à des militant-e-s, aux habitant-e-s des quartiers populaires, et aux manifestations contre les licenciements ou pour le climat.

Cet état d’urgence devait s’arrêter le 26 février, mais le gouvernement veut maintenir la pression policière. Pour cela, il veut changer la constitution, afin que l’état d’urgence soit plus facilement utilisé en cas « de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public ». Cette définition très vague va bien au-delà du seul terrorisme.

Le gouvernement prévoit aussi une réforme pénale pour augmenter les pouvoirs donnés à la police : perquisitions de nuit, y compris des logements, fouille des bagages et des voitures, contrôles d’identité sur décision des seuls préfets, extension des possibilités pour les policiers et les gendarmes de faire usage de leur arme…

Le NPA de Nantes vous invite à une réunion
animée par Julien Salingue*
sur la question de l’état d’urgence,
jeudi 10 mars à 20h au local B17.

(17 rue Paul Bellamy à Nantes, tram 1 arrêt « 50 Otages », plan d’accès de B17)
Venez débattre avec nous sur ce sujet qui touche non seulement les militant-e-s anticapitalistes et révolutionnaires, mais également toutes celles et ceux qui pensent que la restriction des libertés va de pair avec l’intensification de l’exploitation et l’implication toujours plus nette de la violence d’État dans les rapports sociaux.

 *Julien Salingue est militant du NPA. Il est docteur en sciences politiques, spécialiste de la Palestine, ainsi que de la question de l’État et de ses relations avec les libertés individuelles et collectives.