Archives du mot-clé immigration

Saint-Brévin : 400 personnes pour dire « bienvenue aux migrants »

près de 400 personnes rassemblées à saint-Brévin en soutien aux migrants
près de 400 personnes rassemblées à saint-Brévin en soutien aux migrants

Depuis plusieurs semaines, Saint-Brevin-les-Pins est en proie à un climat nauséabond sciemment entretenu par l’extrême droite. L’annonce de l’arrivée d’une cinquantaine de migrants en provenance de Calais a provoqué des réactions de haine et de violence.

Mardi 4 octobre, un cap a été franchit quand des coups de feu ont été tiré contre le futur centre d’accueil des réfugiés. Face à ses réactions un collectif citoyen brévinois pour l’accueil des migrants s’est très vite mis en place.

Et samedi 22 octobre, sur la place du marché, ce sont environ 400 personnes qui se sont rassemblées à l’appel du « collectif des citoyens brévinois atterrés » pour crier leur soutien aux migrants et pour couper court aux discours qui manipulent la population en distillant la peur.

Des individus mais également des associations, des partis politiques, dont le NPA, ont répondu à l’appel.

Un succès pour toutes celles et ceux qui, contre le racisme et la xénophobie, disent « bienvenue aux migrants » !

En images : à Saint-Brévin pour soutenir les migrantEs

Tous ensemble à Saint-Brévin contre le racisme et la xénophobie !

logo-npa-rouge-adobe-inverse---paysage---sans-nomL’accueil des réfugiés suscite des réactions de haine et de violence attisées par l’extrême-droite, encouragées par le climat islamophobe ambiant.

Comme dans le reste de la Bretagne (Trébeurden, Trégastel, Fougères), face à ces réactions, à Saint-Brévin, un comité citoyen appelle à se mobiliser à nouveau samedi 22 octobre à 10H30 place du marché.

Continuer la lecture de Tous ensemble à Saint-Brévin contre le racisme et la xénophobie ! 

Pour un accueil des migrants pacifié et humain à Saint-Brévin et ailleurs

Communiqué de presse unitaire :

Saint-Nazaire le 20 octobre 2016

Les organisations signataires condamnent avec la plus grande fermeté les coups de feu tirés le mardi 4 octobre contre le futur centre d’accueil pour les réfugié-e-s à Saint-Brévin. Cet acte inadmissible est le résultat d’un climat malsain sciemment entretenu. Continuer la lecture de Pour un accueil des migrants pacifié et humain à Saint-Brévin et ailleurs 

« Contre l’état d’urgence ! » débat avec Julien Salingue jeudi 10 mars à Nantes

NPA affiche contre l'état du'rgence conter la discrimination et la déchéance de nationalitéLe NPA de Nantes vous invite à une réunion animée par Julien Salingue* sur la question de l’état d’urgence, jeudi 10 mars à 20h à B17

Suite aux attentats de Janvier, le gouvernement a restreint les libertés et imposé l’état d’urgence : présence policière et militaire partout, interdiction des manifestations, 3000 perquisitions administratives, 400 assignations à résidence …

Valls et Hollande nous disent que c’est pour lutter contre le terrorisme. Mais en réalité l’état d’urgence a surtout servi à s’attaquer à des militant-e-s, aux habitant-e-s des quartiers populaires, et aux manifestations contre les licenciements ou pour le climat.

Cet état d’urgence devait s’arrêter le 26 février, mais le gouvernement veut maintenir la pression policière. Pour cela, il veut changer la constitution, afin que l’état d’urgence soit plus facilement utilisé en cas « de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public ». Cette définition très vague va bien au-delà du seul terrorisme.

Le gouvernement prévoit aussi une réforme pénale pour augmenter les pouvoirs donnés à la police : perquisitions de nuit, y compris des logements, fouille des bagages et des voitures, contrôles d’identité sur décision des seuls préfets, extension des possibilités pour les policiers et les gendarmes de faire usage de leur arme…

Le NPA de Nantes vous invite à une réunion
animée par Julien Salingue*
sur la question de l’état d’urgence,
jeudi 10 mars à 20h au local B17.

(17 rue Paul Bellamy à Nantes, tram 1 arrêt « 50 Otages », plan d’accès de B17)
Venez débattre avec nous sur ce sujet qui touche non seulement les militant-e-s anticapitalistes et révolutionnaires, mais également toutes celles et ceux qui pensent que la restriction des libertés va de pair avec l’intensification de l’exploitation et l’implication toujours plus nette de la violence d’État dans les rapports sociaux.

 *Julien Salingue est militant du NPA. Il est docteur en sciences politiques, spécialiste de la Palestine, ainsi que de la question de l’État et de ses relations avec les libertés individuelles et collectives.

 

Pour nos libertés, contre l’état d’urgence, la déchéance de nationalité et les violences policières

Communiqué de presse du NPA 44, le 29 janvier 2016

capture_d_ecran_2016-01-11_a_16.32.50-1a307[1]Comme les organisations qui appellent à se mobiliser le 30 janvier, le NPA 44 exige la levée immédiate de l’état d’urgence et condamne la volonté du gouvernement de constitutionnaliser un état d’exception permanent auquel serait assortie l’abjecte déchéance de nationalité.

L’état d’urgence est le nom actuel d’une politique raciste et sécuritaire mettant en place un état policier limitant toutes les libertés démocratiques. Valls et Hollande affirment que c’est pour lutter contre le terrorisme mais, en réalité, l’état d’urgence a surtout servi à s’attaquer à des militants écologistes pendant la COP 21, aux quartiers populaires, à la stigmatisation des musulmans et à la répression du mouvement social (Notre-Dame-des-LAndes, Air France, Goodyear, Ford…)

C’est pourquoi, nous appelons toutes et tous à se rassembler nombreux-ses, samedi 30 janvier

  • à 14H30, sur le parvis du tribunal de Nantes
  • à 15 H, Esplanade des Droits de l’Homme à Saint-Nazaire

Saint-Nazaire : manifestation contre l’état d’urgence samedi 30 janvier

Le Collectif « Nous ne céderons pas ! » (dont le comité NPA de Saint-Nazaire) appelle à une manifestation contre l’état d’urgence, samedi 30 janvier à Saint-Nazaire.

Refusons la déchéance de nationalité et la constitutionnalisation de l’état d’urgence

En réaction à l’horreur des attentats qui ont frappé notre société tout entière, l’état
d’urgence a été décrété par le gouvernement, puis prolongé pour une durée de trois mois.
Un projet de loi constitutionnelle prévoit l’inscription, dans la Constitution, non seulement de l’état d’urgence mais aussi de la déchéance de la nationalité pour les binationaux auteurs de « crimes constituant une atteinte grave à la vie de la nation ».

(cliquez ici pour lire le texte complet de l’appel dans le tract du collectif)

Manifestation le samedi 30 janvier
à 15 heures, Esplanade des Droits de l’Homme (Saint-Nazaire)

A l’appel de (liste en cours) : Attac, Collectif de Soutien aux Personnes Sans Papiers, EELV, FSU, LDH, Libre Pensée, Mouvement de la Paix, MRAP, NPA, PCF, PG, UL CGT

Jeunes mineurs étrangers en danger : rassemblement mercredi 27 janvier à Nantes

Avec le collectif Unis contre une immigration jetable (Ucij) le NPA appelle à un rassemblement pour défendre les jeunes mineurs étrangers en dangers, mercredi 27 janvier à Nantes.
Tract à imprimer

Ils arrivent d’Afrique, du moyen orient, d’Afghanistan, du Pakistan, du Bengladesh…
Ils ont fui des zones de combat, la misère, la dictature, l’enrôlement forcé…
Ils ont voyagé dans des conditions effrayantes.
Ils sont mineurs, ils sont seuls.
Ils veulent vivre dans un pays en paix, ils veulent aller à l’école, ils veulent se former. Continuer la lecture de Jeunes mineurs étrangers en danger : rassemblement mercredi 27 janvier à Nantes 

Crime policier à Rennes : face à l’impunité, résistance !

Article de nos camarades du NPA de Rennes, 11 décembre 2015
Dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 décembre, Babacar Gueye, Sénégalais de 27 ans, est mort, abattu par le police de 5 balles dans le corps à Maurepas à Rennes. Le NPA s’associe à la douleur de ses proches et dénonce la violence policière.

Justice pour Babacar !

Contrairement à ce qu’ont pu laisser entendre les médias (comme Ouest France qui a reprit sans commentaire ni enquête la version de la police, ce qui entretient un sentiment d’impunité pour la police), Babacar n’avait rien « d’un forcené dangereux ». Il a fait une crise d’angoisse qui l’a conduit à s’automutiler et à blesser son ami. Cet ami a appelé les pompiers mais ce sont des policiers qui sont arrivés les premiers sur les lieux, un classique dans des quartiers considérés comme « sensibles » ! Continuer la lecture de Crime policier à Rennes : face à l’impunité, résistance ! 

Migrants agressés au cocktail Molotov : manifestation samedi à Nantes

Nous appelons, avec le Collectif des Expulsé-e-s de la rue des Stocks, à une nouvelle manifestation de solidarité avec les migrants à Nantes samedi 14 novembre, à 15H, place du Bouffay.
COMMUNIQUE DU NPA DE NANTES, JEUDI 12 NOVEMBRE, 17H

Après l’ignoble agression dont ont été victimes les migrants occupant un squat nantais, dans la nuit du 8 au 9 novembre dernier (jet de 2 cocktails Molotov à l’intérieur du bâtiment ayant provoqué un début d’incendie), un premier rassemblement de protestation et de soutien s’est tenu au centre de Nantes, mardi 10 novembre en fin de soirée. Continuer la lecture de Migrants agressés au cocktail Molotov : manifestation samedi à Nantes